02 mai 2013

Histoires de slips

Je m’en rappelle comme si c’était hier. C’était pourtant en 1991, je crois. Un événement marquant de ma vie de célibataire. A l’époque, nous travaillions à Vannes. J’ouvre le coffre de la voiture d’un collègue pour qu’il y mette ses affaires. Le coffre était vide, à l’exclusion d’un slip visible déjà porté (pas sale, a priori, je n’ai pas été jusqu’à le sentir, mais chiffonné) étalé sur le fond. J’étais surpris car je savais qu’il portait des caleçons vu que je l’avais hébergé quelques semaines chez moi.

Je lui fais donc les plaisanteries grivoises d’usage, qui seraient qualifiées d’homophobes aujourd’hui. Il ne comprenait pas réellement l’objet de ma moquerie car pour lui, c’était parfaitement naturel d’avoir un slip dans sa voiture. Il m’explique alors que quand il achète un pantalon, sauf un jean, il met un slip pour aller l’essayer car on le « sent » beaucoup mieux. Je lui dis que c’est parfaitement crétin puisqu’il met toujours des caleçons mais peu importe.

La marque de son slip était imprimée dans ma tête, si je puis dire.

Quelques temps après, je suis allé acheter des sous-vêtements pour mon usage personnel et j’ai acheté un slip pour essayer, en plus des caleçons. J’avais passé la fin de mon adolescence et le début de mon âge adulte en caleçon. J’avais donc procédé à la première acquisition d’un slip pour adulte à l’âge de 25 ans.

Quand je vous dis qu’on peut faire un billet de blog à partir de n’importe quoi, c’est la stricte vérité. Vous pouvez même mettre un peu d’émotion dans une histoire de slip. Par exemple…

C’était une époque où je rentrais chez mes parents tous les week-ends. Je déposais mes fringues sales en boule près de la machine à laver et, par miracle, à la fin du week-end, elles étaient lavées, repassées et rangées dans mon armoire. Je pouvais donc les prendre et les foutre en vrac dans mon sac de voyage.

Je suis retourné bosser à Paris en 1993. Pour avoir des sous-vêtements propres, il ne me suffisait plus de piocher dans l’armoire familiale. Il me fallait faire des lessives ou en acheter des propres.

C’est ainsi que je suis devenu acheteur frénétique de sous-vêtements mais pour ne pas me faire repérer à la caisse, j’achetais des slips et des caleçons. Des vrais caleçons ou des boxers, selon l’humeur. J’aime bien les machins en microfibres.

Le matin, je choisis consciencieusement un slip ou un caleçon (en prenant celui en haut du panier de linge propre).

Pourquoi je vous raconte ça, moi ?

Avant-hier, je parlais de mes chaussures neuves. Ce matin, je relisais les commentaires. A voir le nombre et la teneur des commentaires laissés après un billet sur mes chaussures, je me demande ce qui pourrait arriver après un billet à propos de mes slips et de mes caleçons.

15 commentaires:

  1. LOL ... oui on peut parler de tout ce que l'on veut sur un blog ! ... :o) :o)

    RépondreSupprimer
  2. « La marque de son slip était imprimée dans ma tête, si je puis dire. »

    Quel dommage (pour moi et ma collec') que vous ayez mis ce "si je puis dire" pour distancier et créer du second degré ! Sans cela, la phrase était parfaire pour les Modernœuds…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qu'il y a de dommage, c'est qu'on devienne obligés de faire ce genre de précision car beaucoup d'imbéciles ne voient pas le second degré.

      Supprimer
    2. Oui, mais moi, du coup, ça m'empêche de la recycler !

      Supprimer
    3. Recyclez là sans... Discrètement. De toute manière vos lecteurs ne vont pas vérifier la source.

      Je ne sais pas si vous vous rendez compte qu'à chaque fois que je fais une phrase biscornue, je suis obligé de dire que je fais exprès pour ne pas figurer dans les modernoeuds où les lecteurs pourraient penser que je ne fais pas exprès (je ne nie pas faire de belle perle involontairement parfois...).

      Supprimer
  3. Tu te maries pour tous, bientôt ?

    RépondreSupprimer
  4. Le slip rose ressemble à une couche pour adultes, il y a un rembourrage!

    RépondreSupprimer
  5. Cette histoire de slip, je préfère glisser dessus...

    RépondreSupprimer
  6. en fait t'aurai du faire une chaine.
    la chaîne du slip.
    ça changerait un peu de la fête du mème nom lachement récupérée par une sombre secte.
    mince je trouve plus le nom.la secte du calbut.
    non.
    la secte de la ceinture de chasteté .
    non plus.
    les veilleurs de la culotte.
    mwouai un truc du genre .




    RépondreSupprimer
  7. Quel est la sensation que tu éprouve lorsque tu portes un slip? Est-ce mieux ou moins bien qu'un boxer? Quel est ta conclusion?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !