07 mai 2013

Pédé comme quoi ?

Un débat particulièrement important agite la blogosphère. Les blogs politiques étant à peu près morts depuis deux jours (l’audience de mon blog politique ferait pleurer un débutant : mon billet d’annonce de Kremlin des Blogs pour ce soir a plus de visiteurs que les autres et les confrères semblent muets…), je le reprends à mon compte. Dit-t-on « pédé comme un foc », « pédé comme un phoque » ou, même « pédé comme un fox » ?

Quand j’étais jeune, je croyais qu’on disait « pédé comme phoque » mais on m’a dit, il y a probablement plus de vingt ans, que l’expression était « pédé comme un foc », parce que c’est la voile qui prend le vent par derrière. Néanmoins, Didier Goux, spécialiste de la chose (littéraire, pas de l’homosexualité, et en plus il n’a que des gros chiens), fait un billet aujourd’hui où il est formel : c’est « pédé comme un phoque ».

En tant que Breton, je ne suis pas spécialiste des phoques mais des focs. Je confirme qu’une telle voile prend toujours le vent par l’arrière, contrairement à ce que l’on peut lire ici où. S’il prenait le vent par l’avant, le bateau irait en arrière. Après, il y a une notion de vent apparent. D’ailleurs cette notion de vent pourrait nous confirmer le contenu du derrière.

Le sujet du vent apparent (qui n’a rien à voir avec la trace de pneu dans le slip, ne l’oublions pas) est très intéressant. Il fait même l’objet d’une page Wikipedia que je vais résumer. Le vent réel est le vent réel. Votre bateau prend de la vitesse, vous avez l’impression que le vent vient de l’avant. C’est le vent apparent. En gros, le vent réel se cumule avec le vent créé par la vitesse du navire. Plus la vitesse du vent augmente, plus vous aurez l’impression que le vent vient de devant. De fait, votre voilier aussi : il vous faudra régler les voiles.

Remonter le vent est impossible. Il vous faut tirer des bords. Et le fait que nous parlions de tirer remet le sujet au centre du dossier.

Cela étant, les mœurs sexuels des mammifères marins, y compris El Camino qui est justement en vacances en Grèce, ne nous regardent qu’assez peu, sauf s’ils copulent sur la plage juste à côté de nous, auquel cas, il convient de ne pas regarder et de laisser ces bestioles dans une intimité naturelle.

El Camino pourra donc poursuivre ses études car il est dit que les Grecs sont tous des homosexuels, selon la légende. Je ne veux pas participer à la répandre mais la seule femme que nous ayons eu premier ministre a déclaré qu’un anglais sur quatre était pédé. Toujours est-il que vous connaissez Gênes ? C’est une ville Italienne qui ne serait pas loin de la Grèce si elle était complètement à l’opposée de l’Italie. Ce sont les Italiens qui ont inventé le Génois qui est une forme de foc. C’est un grand foc. Les Italiens l’ont inventé par hommage aux Grecs pour des raisons qui ne nous regardent pas.

Je rappelle à mes auditeurs que Gênes est plus proche de la Grèce que le Plessis-Hébert et même Plieux.

Quant à ceux qui disent que l’on doit dire « Pédé comme un fox » parce que ces petites bêtes auraient des mœurs sexuels dépravés, il faut rétablir la vérité : ces charmants chiens sont tout simplement maladroits et laissent tomber leur savon sous la douche ce qui incite leurs congénères à les sodomiser.

Toujours est-il qu’en faisant des recherches sur Internet, on trouve de tout. Y compris ce site qui commence par sortir sa science pour montrer qu’il a raison : « Mais avant de les citer, pour ceux qui ne le sauraient pas, il est important de rappeler que pédé est l'abréviation de pédéraste, mot qui vient du grec et qui aujourd'hui désigne un homosexuel mâle, mais qui autrefois désignait un homme 'aimant' un peu trop les enfants, personne qu'on qualifie aujourd'hui de pédophile, même si, pour certains, on devrait plutôt les appeler des pédocriminels. »

L’étymologie du mot « pédéraste » est importante et je n’aime pas ces rumeurs qui incident à confondre les pédés avec les pédophile. Pédéraste ne vient pas réellement d’un mot Grec mais des racines grecques « paid » qui veut dire enfant et « erastès » qui  veut dire amant. Ce mot a été introduit (si je puis me permettre) dans la langue (française, andouille) à la fin du seizième siècle parce qu’à cette époque on a redécouvert la culture gréco-latine. Il était employé par quelques lettrés. N’allez pas croire que je le sois moi-même (ni lettré ni pédéraste comme un foc) mais je me fais aider de Wikipedia. La pédérastie impliquait des relations sexuelles entre des hommes adultes et un garçon, enfant ou adolescent mais a commencé à dériver vers les pratiques homosexuelles plus standard, entre homme.

Toujours est-il que le mot s’est répandu au 19ème siècle, s’appliquant au coït anal et au 20ème siècle, gay et homo ont remplacé pédé ce qui n’a rien changé à l’industrie de la vaseline.

C’est ensuite, au 21ème siècle, c'est-à-dire très récemment que la signification du mot a encore progressivement changé pour revenir vers son sens initial, l’attirance pour les adolescents, mais opposition avec la pédophilie. On trouve même des salopards qui trouvent que ça fait distingué.

Pourquoi je vous raconte ça, moi ? Ah ! Oui ! L’introduction du site que j’ai trouvé avec l’origine de pédé comme un phox… Le terme « pédé » n’est plus utilisé comme abréviation de « pédéraste » puisque la signification du mot « pédéraste » évolue selon le temps.

« Pédé » est une espèce de terminologie obsolète et péjorative, une espèce d’insulte qui n’a plus rien à voir avec le sexe. Par exemple, si je dis que Tonnégrande est un gros pédé, ce n’est pas par référence à ses pratiques sexuelles mais parce qu’il est parti sans payer sa tournée.

En outre, « pédé » peut avoir une connotation affective et donc pas du tout péjorative comme dans la chanson « petit pédé » de Renaud qui préfère pourtant le Ricard à la sodomie, parait-il.

Ceci est bien compliqué.

Et pour ce qui concerne l’expression « pédé comme un foc », on ne saura jamais l’origine car elle est probablement née dans la rue, où il y a plus de fox que de phoques ou de focs.

C’est un peu comme on se pose s’il faut écrire bistro ou bistrot. On s’en fout un peu, tant qu’il reste de la bière dans les futs.

9 commentaires:

  1. Belle conclusion
    Merci pour le sourire...

    RépondreSupprimer
  2. Ah la traitrise du savon sous la douche!
    Très bon article savant et documenté d'un spécialiste! :-))
    les biologistes n'ont qu'à se rhabiller!

    RépondreSupprimer
  3. Ah mince ! Sur la différence entre le phoque et le foc ... franchement faut avoir un pote breton pur ête enfin déniaisée sur c'coup là !
    :DDD
    Bises

    RépondreSupprimer
  4. Billet trop long par rapport à son sujet. Tiens, je vais vous faire un mail privé, bien que vous soyez un gros connard de gauche à qui je ne suis pas censé parler.

    RépondreSupprimer
  5. On dit pédé comme un FROC.
    (parce qu'on l'enfile)

    RépondreSupprimer
  6. Bah !... tout cela n'est que de la littérature à côté de la taxe sur la bière.

    RépondreSupprimer
  7. Personne ne répond aux commentaires, ici ? C'est le bordel !
    Désolé...

    Merci à tous...

    RépondreSupprimer
  8. Tiens, j'étais passé à travers du fait de mon absence, je vais faire un ti billet sur la Grèce.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !