28 mai 2013

Des mots

J'apprends par un tweet de Bembelly que le Petit Robert va avoir un tas de nouveaux mots.

« Qu'ils ou elles soient "chelous", "choupinets", "décomplexés", "low cost", "patenteux", "hénaurme" (variante du traditionnel "énorme") ou qu'ils en "fassent des caisses" : les "kékés", "modeux", "traîneux", "graffeurs", "conspirationnistes", de même que les "bombasses" ont désormais leur place dans l'édition 2014 du Petit Robert." "Plusieurs mots issus des nouvelles technologies feront leur apparition, comme "texter", "itinérance" et "microblog". D'autres nous proviennent des pays étrangers, comme les "fricadelles" (saucisse panée) et le "brol" (fouillis) venant de Belgique.

Les expressions "bien-pensance", "bas-culotte" (collant), "transgénérationnel", "interprofession", "agender" (fixer une date pour), "nobéliser" (de prix Nobel) ou "goncourable" (susceptible de décrocher le prix Goncourt), et les moins sympathiques "PCB", pour "composé chimique très toxique", seront également présents.
 »

Je vire probablement encore plus réactionnaire mais la plupart de ces mots sont ridicules, d'autant qu'ils vont pour la plupart disparaître prochainement du langage courant.

Notons que je ne suis pas contre les évolutions de la langue mais je crois qu'il ne fait pas confondre la langue de la rue avec le français. On peut déclarer oralement qu'une gonzesse est une bombasse sans devoir nécessairement l'inscrire au dictionnaire. On peut dénoncer veut qui jouent aux kékés sans rendre ce mot officiel.

On m'expliquera comment la rue ou la littérature ont pu inventer des mots comme nobeliser ou goncourable, voire texter ou agender.

Low cost et microblog existent dans les faits mais est-ce utile d'en produire une définition officielle ?

J’accepte :

Itinérance : j’ignorais que ce mot n’était pas dans le dictionnaire mais c’est vrai qu’il a une nouvelle signification avec les nouvelles technologies.
Microblog : j’accepte par principe mais il n’est pas utilisé.
Bien-pensance : il est tellement utilisé par les réacs qu’on ne peut pas le leur refuser. Je le conchie néanmoins.
Fricadelle : je pensais que c’était français.

Le reste est refusé.

32 commentaires:

  1. Bombasse, c'est bien [ j'aime ;-) ]

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, je n'aime pas. Je trouve ça abominablement vulgaire. Ce n'est pas que je n'aime pas la vulgarité, mais elle n'a rien à faire dans un dictionnaire.

      Supprimer
  2. ;o) il faut bien innover pour vendre de nouvelles éditions !!! ;o) ... mon dico a plus de 20 ans et ce n'est pas cette année que j'en achèterai un autre parce qu'on y a ajouté quelques mots à la mode.
    Merci pour ce post. BISES à toi Nico et à bientôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil ! Le mien est bien vieux !

      A bientôt !

      Supprimer
  3. "Agender" est attesté en Suisse depuis toujours. Il est grand temps que les dictionnaires usuels s'en aperçoivent... Même remarque pour "brol", qui est un belgicisme bien connu.

    A noter aussi que les journaux relèvent les entrées les plus "vendeuses". Ils n'évoquent pas les sorties, ni les entrées plus discrètes.

    Affaire à suivre (et de nombreux exemples des années passées) ici:

    http://www.orthogrenoble.net/page-de-camille-club-orthographe-grenoble.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le lien.

      Je n'ai jamais entendu "agender" (que je n'aime pas) ni même brol" (que je conçois).

      Ce qui me dérange le plus c'est l'origine des mots. Tu me dis que c'est attesté en suite. Mais je suppose que ça a été introduit dans le langage bureaucratique français (au sens : en France) par un imbécile qui ne savait pas que le mot n'est pas au dictionnaire.

      Supprimer
  4. Patenteux est un mot très employé au Québec, donc il doit venir du vieux français qui revient… Et fricadelle, c’est du danois-suédois-norvégien. Là, je ne vois pas le rapport avec le français.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jamais entendu "patenteux"... Fricadelle me parait courant.

      Supprimer
    2. Ikea en vend, ça doit être pour ça que c’est devenu populaire.

      Supprimer
    3. "En Belgique et dans le nord de la France, la fricadelle (on écrit et dit aussi fricandelle) est une préparation en forme de saucisse panée d'une quinzaine de centimètres de long qu'on retrouve dans les baraques à frites." D'après Wikipedia.

      Supprimer
    4. et faut aller revoir bienvenue chez les ch'tis
      elles y sont récurrentes

      Supprimer
    5. Je préfère avoir une fricadelle dans le dictionnaire que dans l'estomac. C'est un peu lourd. (C'est assez commun dans le nord de la france, mais je pense que ça se perd dès qu'on sort du pays d'Oil.

      Supprimer
    6. Jamais goûté je crois.

      Supprimer
    7. Ca va bien avec la bière.

      Supprimer
    8. Mais tout va bien avec la bière, voyons !

      Supprimer
  5. "Agender" commence à s'imposer en France? Gloire! ;-)

    (non, je charrie, je ne l'utilise guère non plus).

    Plus sérieusement, il y a aussi un côté marketing à intégrer des mots issus du français tel qu'il se cause hors de France: ces régions se sentent valorisées dans leur différence, et hop, elles achètent massivement ces dictionnaires qui mettent "leurs" mots en évidence.

    Quant au motif que les mots à la mode vont se démoder, c'est un peu énervant quand on suit les évolutions année après année, mais cela n'arrête pas les dictionnaires usuels, qui n'hésitent pas à faire entrer un mot une année, quitte à l'éjecter un ou deux ans plus tard.

    A contrario, l'épreuve du temps est l'une des règles clés du Dictionnaire de l'Académie française, dont une édition complète paraît tous les cinq ou six lustres. Moins d'entrées donc, moins de sorties aussi sans doute. Mais plus d'attente entre deux éditions...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Le marketing !

      Le dictionnaire de l'Académie française est en ligne mais pas jusqu'à la fin (ça va de "a" à "recez"). Il est quasiment inutilisable.

      Supprimer
  6. La plus étonnante de ces pitreries est encore hénaurme”. D'abord parce que ça existe depuis des dizaines d'années, et ensuite parce que ce n'est pas un mot, mais la transcription humoristique d'une prononciation défectueuse.

    À ce compte-là, je propose que ce dico de merde fasse entrer l'expression Anne effet pour "en effet".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. C'est un des pires.

      Supprimer
    2. Ca ne s'écrit pas anéfé ?

      Supprimer
    3. Respecte le vieux, bordel !

      Supprimer
    4. Faut voir avec Mme Robert : il paraît qu'elle a une grande influence sur son mari…

      Supprimer
  7. La fricadelle ne se sert qu'avec la sauce samouraï, du moins la version française.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en ai bouffé des kilos quand j'étais en Allemagne, eux c'est avec leur espèce de condiment qui ressemble vaguement à de la moutarde.

      Supprimer
    2. J'espère que ça ne t'a pas fait grossir.

      Supprimer
    3. Non, je suis resté svelte. En fait ce que j'aimais de mieux dans la fricadelle, c'est la bière.

      Supprimer
  8. Loirebatte une letitepas lièrebas lavecem ta licadellefric, c'est lombem.

    RépondreSupprimer
  9. Ma môman faisait elle-même ses fricadelles sans se demander si elles étaient dans le petit Robert, dans l'assiette ça suffisait bien.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !