09 juillet 2013

Balcon

Jeudi, je reçois un appel téléphonique de ma concierge : il fallait que mon balcon soit entièrement vide pour mardi matin. Demain, donc, si je finis ce billet avant minuit. Je dis banco ! Vendredi, je ne bossais pas, vu que j’allais en Bretagne, chez ma mère. Néanmoins, le matin, je regarde ce que j’ai sur le balcon où je n’avais pas été depuis un an, compte tenu de la météo.

Ah ! Ouais…

Les week-ends en Bretagne étant largement prioritaires, je laisse tomber et décide de ranger ça ce soir.

C’est con d’avoir un balcon quand on a un petit appartement, on a tendance à y entasser des choses. Notamment, les premières années où j’habitais ici (jusqu’à 2006, en gros), je prenais beaucoup de plaisir à avoir beaucoup de fleurs. Après, lassé (ben oui, tout cramait en août, pendant les vacances), j’avais entassé tout dans un coin et une espèce de flore se développait, très jolie. Sinon, il y avait une vieille porte décomposée, une caisse de vin vide, un sac Leclerc rempli de bouteilles vides (pourquoi ne l'avais-je pas descendu comme toutes les autres ordures ?) et des cartons que j'avais sortis à l'occasion d'un gros ménage, en 2010, mais oublié de descendre, reportant au lendemain ce qu'on devrait faire le jour même... Une vieille balance traînait là, je l'avais déposée le jour où j'ai cassé son plateau. 

Une heure vingt, on a passé avec le vieux Joël, ce soir, à ranger tout ça, lessiver la terrasse, arracher les plantes, gratter le sol,… Heureusement que le vieux a un camion (déjà rempli de trucs à jeter vu qu’il vient de déménager sa belle-mère). 

De 18h20 à 19h40.


On arrive à la Comète avec une soif incroyable ! Pensez donc, avec la chaleur qui faisait. Paf ! Le système de réfrigération de la bière est à moitié en panne. Heureusement que les fûts sont entreposés en chambre froide.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !